Un graphiste, c'est quoi et à quoi ça sert ?

Regardez bien autour de vous : nous vivons dans une société de communication par l’image. A la télévision, sur internet, sur les panneaux publicitaires, le courrier de votre supermarché ou les tracts politiques (en période pré-électorale) dans votre boîte aux lettres, les différents catalogues de vêtements, meubles, livres, DVD, etc., toutes les enseignes de boutiques et sociétés le long de votre chemin lorsque vous marchez ou roulez en ville, votre menu au restaurant ou la carte des boissons dans un café, votre carton de lait, barre de chocolat, l’emballage de votre capsule de café ou le carton de votre paire de chaussures… tout cela a été créé par un(e) graphiste professionnel.

Un graphiste, c’est un expert en image et en mise en forme visuelle de votre communication. C’est lui qui va donner une légitimité visuelle à votre business, quel qu’il soit. C’est un passage obligé lors de la création de votre business et un poste budgétaire qu’il ne faut pas sous-estimer.

Pourquoi investir un budget « Graphisme » pro ?

Graphiste, c’est un métier qu’on n’improvise pas (3 à 4 ans d’études selon la filière). Un bon graphiste va rendre votre communication professionnelle crédible ! Il va vous créer un bon et beau logo qui vous représente bien, vous et votre activité. Des cartes de visite qui ne donnent pas l’impression de sortir d’une imprimante jet d’encre familiale. Tout un package visuel et un lettrage conçus avec soin, équilibrés et en harmonie avec votre activité. La maîtrise de la composition, l’équilibre des couleurs, du contraste, la notion d’espace dans et autour du texte, dans une phrase, un mot ou un logo… toutes ces questions se posent dès lors qu’on commence à élaborer les éléments d’une charte graphique, que ce soit pour des impressions papier ou sur écran pour un site ou une présentation.

Visuellement et au premier coup d’œil, un travail réalisé par un graphiste professionnel ou un graphiste improvisé, la différence saute aux yeux et reflète l’image de votre société : professionnel ou amateur.

L’univers du graphiste : quoi et comment ?

Le graphiste est la personne qui donnera la touche professionnelle à votre communication. Son univers est une forêt de symboles visuels (comme aurait dit Baudelaire) dont il maîtrise les codes.

Charte graphique : Logo, éléments visuels, typographie (fonte), couleurs et web

Les supports de communication ont évolué. Il y a 25 ans, une charte graphique se limitait à votre logo, éventuellement une enseigne, des cartes de visite, du papier et des enveloppes à entête. Aujourd’hui, il faut compter en plus les conditions de mise en page pour un traitement de texte, une présentation sur écran, un document PDF ou un email et on a aussi créé le concept de charte graphique web : les conditions d’utilisation de votre logo, fontes, couleurs et éléments visuels sur internet.

L’environnement de travail et les outils du graphiste ont aussi beaucoup évolué au fil de ces 20 dernières années. En voici un petit aperçu…

Les outils du graphiste

On est passé de la composition papier /règle /cutter /colle à la composition sur ordinateur. Quand on voit comment les graphistes de l’ancienne génération travaillaient, on ne peut que s’émerveiller de la patience, la précision et la méticulosité de leur travail. Aujourd’hui, tout va plus vite. Avec ce que cela comporte comme avantages et inconvénients : meilleure productivité et moins de contraintes mais également moins de temps pour réfléchir, prendre du recul et considérer les choses.

Le monde de la création est phagocyté par l’univers Apple. Souvent, les étudiants en graphisme travaillent sur PC puis passent sur Macintosh (Mac pour les initiés) lorsqu’ils commencent à travailler.

Au niveau logiciel, Quark XPress a cédé la place à Adobe Indesign pour la mise en page mais Adobe Photoshop et Illustrator sont toujours les outils de référence pour le traitement des photos et la création d’images vectorielles (des logos par exemple). Adobe – ayant racheté son concurrent Macromedia – détient maintenant un quasi monopole sur les logiciels de création professionnels avec des packages d’applications telles que Adobe creative Suite.

Evolution du graphisme

Le graphisme tel qu’on le connaît aujourd’hui dans le monde occidental est le résultat de plus de 500 ans d’évolution depuis la presse de Gutenberg qui a réinventé en Occident la presse à caractères mobiles (que les Chinois connaissent depuis le XIe siècle). L’imprimerie primitive (presse à bras) a évolué vers la sérigraphie, l’offset et l’impression digitale.

La révolution photographique

On est très loin maintenant des affiches de Mucha pour Sarah Bernhardt ou celles de Toulouse-Lautrec pour le Moulin Rouge. La création graphique a évolué au fil des modes, des styles et des techniques. Sérigraphies et collages ont petit à petit cédé le pas à la photographie avec l’amélioration des procédés de reproduction en quadrichromie (offset puis digitale aujourd’hui). Mais la transition la plus importante est quand on est passés du photomontage à la composition par ordinateur, ce qui a permis un gain de temps énorme dans la création des maquettes.

La révolution digitale

Bien sûr, une entreprise est toujours sensée prendre en compte sa charte graphique pour les catalogues et autres productions de documents mais l’avènement de l’impression digitale lui permet maintenant beaucoup plus d’indépendance. Quand il n’y a pas si longtemps, on devait passer par un graphiste et un imprimeur pour avoir le moindre document hors photocopies, le prix des imprimantes et copieurs laser couleurs s’est démocratisé et est maintenant à la portée de beaucoup de PME.

Les employés ont maintenant la possibilité de créer eux-mêmes leurs supports marketing… avec toutes sortes de résultats. Mais si on retrouve sur ces imprimantes des beaux graphiques imprimés pour les présentations, on y retrouve aussi (d’après notre expérience en entreprise) nombre de photos de vacances et autres documents purement privés. Rentabiliser ces imprimantes à haute performance en entreprise n’est pas toujours évident…

Maintenant, pour le graphiste aussi la révolution digitale a changé sa manière de travailler. Plus de séparation des couleurs, délais d’impression plus courts mais aussi parfois moins de maîtrise dans l’exactitude des couleurs…

La révolution web

Les graphistes ont dû s’adapter à la demande. Maintenant, quand on crée l’identité visuelle d’une nouvelle entreprise, on élabore aussi son identité web.

Quand on veut se renseigner sur une société pour en savoir plus sur ses produits, ses services ou sa réputation, le premier réflexe sera d’aller voir son site internet ou parfois même sa page Facebook. Une entreprise qui n’a pas de site web ne peut compter que sur des recommandations de bouche à oreille pour établir sa réputation, ce qui restreint son champ d’influence et sa capacité d’expansion.

Dans ce contexte, les graphistes se sont ouverts au web et ont ajouté à leur palette de charte graphique la notion de charte graphique web qui définit à quoi les pages du site doivent ressembler. Couleurs, fontes, utilisation du logo, codes visuels et cohérence de l’image et des éléments visuels. Et tout cela bien sûr en parfaite concordance avec la « charte papier ».

Le graphiste aujourd’hui

Voila brossé rapidement un portrait du graphiste contemporain. D’où il vient, comment il a évolué et ce qu’il peut faire. La démocratisation de ses outils de travail (ordinateurs et logiciels de traitement de l’image et de mise en page) lui cause un tort considérable car beaucoup d’entreprises, pour des raisons budgétaires, feront un maximum de « créations » en interne et passeront par un imprimeur digital en ligne.

Mais qu’on ne s’y trompe pas : la véritable valeur d’un bon graphiste n’est pas dans ses outils ! Elle est dans sa créativité, sa connaissance et son expérience de l’image et de son équilibre, un sens de l’esthétique approfondi, développé dans une formation mi-artistique, mi-technique. Et au risque de se répéter, même s’ils utilisent les mêmes outils, la différence entre un résultat professionnel et un résultat amateur… ça crève les yeux !

Accordez votre confiance à une agence de communication visuelle compétente. Deligraph est un studio graphique enthousiaste qui peut vous aider à créer l’image que vous voulez donner à votre entreprise. Mais ça doit venir de vous, de la vision que vous avez de votre projet, des valeurs que vous souhaitez y exprimer. Contactez-nous pour en discuter…


Studio graphique Bruxelles


Sujets en relation avec cet article :

Création d’un logo d’entreprise
Une charte graphique : qu’est-ce que c’est et à quoi ça sert ?
Identité visuelle : l’importance et la signification des couleurs

Services en relation avec cet articles :

Studio graphique à Bruxelles
Création d’une identité visuelle
Services de création graphique

 

Categories: Graphisme, Tout

6 commentaires jusqu'à présent.


  1. Beaud dit :

    Merci pour cet article !
    Combien d’images mal construites, voir ridicules et surtout sans aucun sens qui fleurissent tous les jours ? Quand je pense à tous ces templates de site, carte de visite et moteur de création de logo gratuit en ligne… je suis déçu. Donc en avant pour la revalorisation du sens et du plaisir, de l’équilibre face aux images qui nous entourent.

  2. Bonsoir,
    Chaque graphistes professionnels devraient disposer de votre article comme charte d’utilisation, afin d’éduquer ses clients, car dans le fond nous passons plus de temps à éduquer, qu’à mettre en oeuvre notre créativité.

    En tant que graphiste designer (autodidacte) et je peux que rejoindre ce qui est dit dans cet article et à la fin de se commentaire, je le partagerai auprès de ma communauté.

    Je suis également photographe (diplômé depuis 1998) est je pourrai ajouter à votre article, comment le monde de la photographie s’est dématérialisé depuis que nous sommes passés au numérique et depuis la sortie des smartphones ( ses petites bêtes qu’ont utilises tous au quotidien) est qui prennent aussi des photos.

    Et pourtant combien entre nous savent comment se créer une photographie ? Comment ça se passe une fois que la pellicule (non, non pas celle qui traîne malheureusement dans les cheveux) est terminée ? Il faut aller dans la chambre noire (non, il ne suffit pas éteindre la lumière de la chambre) pour découvrir avec magie ce qu’on vient de prendre avec notre vrai, vieil appareil photo argentique ?

    Malgré ces évolutions technologies, nous devons en tant que graphistes, photographes, suivent ces évolutions si nous souhaitons rester dans cette aventure entreprenariat.

    Cédric