Une typographie de caractère, l’indispensable atout de votre identité graphique

L'essentiel sur la typographie : comment est-elle classée, comment la choisir, où la trouver et quels sont les tendances actuelles.

Rédaction : Anita Van Belle & Gauthier Janssens

Comptez    minutes pour lire cet article :)

Pourquoi cet intérêt singulier pour la typographie ? Parce qu’une police dégage de l’émotion, porte des valeurs, véhicule une identité. Voilà trois raisons essentielles d’aborder ce sujet avec votre agence de communication graphique.

Sur fond du dernier ouvrage d’Alain Damasio, voici tout ce que vous devez savoir sur la typographie : comment la comprendre, comment la choisir, où la trouver et quels sont les tendances actuelles.

La polyphonie des caractères

Alain Damasio est un auteur polyphonique. Son dernier ouvrage, Les Furtifs, ne fait pas exception à la règle. Sept personnages récurrents entourent le narrateur, et des dizaines d’autres traversent la narration. Comment les reconnaître au premier coup d’œil ? Grâce à la typographie.

Chaque personnage récurrent est accompagné d’un système de notation, comme en musique.

Saskia, acousticienne, se distingue par des parenthèses en écho.

Agüero, chasseur souple, vif, est ponctué d’accents.

L’invention du Cryphe

L’une des innombrables idées traversant le roman d’Alain Damasio est l’existence d’un langage propre aux Furtifs du titre : le Cryphe. Cette langue est composée de lettres qui ont la particularité d’en cacher d’autres, nécessitant un décryptage.

Pour sa graphie, la metteuse en page a eu recours à la police Garamond, identifiée par les lecteurs assidus aux éditions Gallimard. Elle bouscule la typo classique par le système de points, de parenthèses et de modifications décrit plus haut.

Les émotions fortes et les capacités récupérées (par les humains) chez les furtifs sont traduites et soutenues par la typographie.

Alain Damasio

Et c’est bien de cela qu’il s’agit quand on parle de typo : les polices de caractères véhiculent des sentiments, des valeurs, une image. D’où la nécessité de les choisir avec discernement quand il s’agit de définir votre identité graphique.

La typographie défend des valeurs

L’art de la composition et du dessin des caractères est apparu avec l’imprimerie. Depuis, des milliers de typographies ont été inventées. À partir du 20e siècle, leurs dessinateurs s’inspirent de courants artistiques ou architecturaux.

Ainsi la Futura, dessinée par Paul Renner, est identifiée au Bauhaus.

C’est une typo bâton, réduite à l’essentiel, qui lutte par sa simplicité et son inspiration géométrique avec les lettres gothiques utilisées par les nazis.

Bannie par eux, la preuve s’il en est qu’une typographie peut défendre des valeurs, la Futura reviendra en force après guerre.

Typographies, comment sont-elles classées ?

Si vous souhaitez évoquer avec votre studio graphique quelques aspects de la police de caractères qui vous conviendrait, il faut savoir que les polices sont classées. 

Vers l’essentiel

Pour faire très vite, la distinction essentielle se fait entre les polices avec sérif ou sans sérif.

Avec sérif : certains caractères de la police se terminent par de petits empattements. Exemple : le titre “Typographies, comment sont-elles classées ?” ci-dessus utilise une police avec sérif.

Les polices avec empatement reviennent à la mode mais nous vous déconseillons de les utiliser pour de trop longs textes. En effet, certaines personnes ont du mal à les lire, les dyslexiques par exemple.

© 2004 David Remahl

Sans sérif : il s’agit de caractères bâton sans empattements. Exemple : le texte du paragraphe que vous lisez maintenant utilise une fonte sans sérif.

Les sans sérif sont privilégiés sur le Web (blogs, sites…) pour leur facilité de lecture. 

© 2004 David Remahl

Il y a ensuite bien d’autres manières de classifier une typographie.

Il existe des polices de type handwriting, qui imitent l’écriture manuscrite. Ces fontes ludiques et rafraichissantes rappellent le tableau noir, les cahiers de classe et la légèreté.

Exemple de typographie handwriting : l'AMATIC SC
L’Amatic SC
ne se compose que de majuscules
Exemple de typographie handwriting : l'ARCHITECTS DAUGHTER
L’Architects Daughter
ne possède qu’une graisse

Les typographies monospace possèdent des caractères qui occupent tous le même espace horizontal. La plupart des autres fontes ont des espacements qui sont proportionnels à la largeur de leurs lettres, chiffres et caractères.

Deux versions de la police Roboto : proportionnelle et monospace

Vous trouverez également des typographies condensed (condensées). Les caractères de ces dernières sont plus étroits et plus rapprochés les uns des autres.

Pour la titraille, vous utiliserez une typographie display. Elle relève la composition et attire l’attention même si elle est parfois moins lisible.

… et l’infini

Après, il y a les polices dynamiques, dont les caractères donnent l’illusion du mouvement ou des polices 3D qui simulent le volume, les typographies rétros, les typos calligraphiques, contemporaines, ou grunge (négligée). Il y a les typographies qui rappellent celles des machines à écrire ou les graffiti. Bref, un catalogue de choix pratiquement infini.

Police : comment la choisir

Image, valeurs, émotions : le choix d’une typographie est essentiel pour définir l’identité visuelle de votre organisation ou de votre marque. Et si votre logo se compose de mots, ce choix déterminera 90% de votre personnalité. Voilà pourquoi le conseil d’une agence visuelle est primordial : elle vous aide à faire le tri. Nous sommes formés à l’usage des typographies. De plus, nous opérons une veille sur les tendances. Après analyse de ce que vous souhaitez transmettre à votre public, ils vous présenteront un échantillonnage de polices de caractères fonctionnant par couple ou par trio.

Pour arrêter un choix, voici quelques critères. Cet ensemble de trois typographies maximum se doit de :

  • positionner votre identité,
  • refléter vos valeurs,
  • se lire aisément sur tous supports,
  • être facilement identifiable, 
  • posséder une originalité,
  • rester intemporel si vous avez l’intention de l’utiliser longtemps.

Le choix de plusieurs typo permet aux graphistes d’introduire de la variété dans la mise en page. Ils travaillent souvent en opposition, alliant une police sans à une police avec sérif pour plus de richesse visuelle. Attentifs à ce qui se pratique, ils vous conseilleront un lettrage contemporain, mais sans effet de mode excessif qui vous forcerait à renouveler rapidement vos différents supports.

Attention ! Police !

Attention aux typographies Open et Propriétaires. Si vous ne voulez pas vous poser de question à chaque fois que vous utilisez votre police, choisissez une typo “ouverte”, gratuite mais de qualité.

Soyez attentifs à ce que la police de caractère que vous utilisez dispose bien de tous les accents et les symboles que requièrent la langue française : beaucoup de fontes crées dans les pays anglophones n’en possèdent pas.

Attention aussi aux typographies qui ne possèdent qu’une seule graisse (l’épaisseur des caractères). Vous voudrez parfois mettre la partie d’un texte en avant avec du gras (bold).

Certaines typos ne sont disponibles qu’en majuscules qui ne seront pas utilisables pour vos textes plus importants.

Enfin, certaines typos ne sont prévues que pour les imprimés et pas pour être utilisées au format digital ou sur le web. Choisissez de préférence une fonte qui puisse être utilisée partout.

Le caractère des polices

Nous avons entamé cet article en évoquant les émotions provoquées par les caractères. Votre studio graphique attirera votre attention sur ce que les différentes typographies dégagent. 

Les polices avec sérif existent depuis le 15e siècle. Elles font partie de notre patrimoine. Une Bodoni, une Georgia procurent un sentiment de continuité, de stabilité. Leur première qualité est d’inspirer confiance.

Formellement simples, voire basiques, les typographies sans sérif (ou linéales) sont majoritairement utilisées sur le Web. L’Helvetica ou la Lucida Sans donnent une sensation de clarté, d’efficacité. Plus rondes, elles évoquent le dynamisme. 

L’utilisation accrue des sans sérif sur nos écrans a donné lieu ces dernières années à de multiples créations intéressantes et plus arty, comme la police Ailerons, où la fin des caractères est oblique.

Bien qu’à utiliser avec modération, les typographies manuscrites (ou cursives) comme la Kristen, rapprochent de votre message. Une sensation de proximité sous-tendue par l’idée de sensibilité, de charme.

À souligner ici : la hauteur des caractères, leur épaisseur, l’espacement entre les lettres, les couleurs, tout cela jouera également un rôle dans le jeu entre vos typographies et dans leur utilisation. Voir plus haut.

Typographie, où la trouver ?

Cela ne vous a pas échappé, le Web est aujourd’hui un espace dominé par quelques géants, dont Google. Il était inévitable que celui-ci s’intéresse aux polices de caractères (en anglais, fonts) et, sur base des données produites par leur usage, fournisse des statistiques sur les fontes les plus utilisées avec, pour résultat, des listes « des meilleures polices Google ».

Google a notamment créé Google Fonts, un service qui héberge gratuitement des polices sous licence libre pour le Web. Vos graphistes peuvent les utiliser pour le print ou pour le web et leur usage sera suivi. C’est l’option que choisit notre agence la plupart du temps : de la qualité, des typos que nos clients peuvent utiliser facilement et pas de surprises au niveau des licences.

Par réaction, des créateurs de typographies ont lancé d’autres sites de polices en open source. Alain Damasio et la metteuse en page des Furtifs ont fait appel, entre autres, à Velvetyne type foundry.

Solution pour les pros : Adobe Fonts vous donne accès à d’innombrables polices en souscrivant à un abonnement Creative Cloud. Plutôt destinée aux graphistes, web designers ou chargées de communication donc.

Autres sources typographiques

Font Squirrel : nous l’avons beaucoup utilisé avant que Google Font ne fasse son apparition. Vous y trouverez des typos open source et des liens vers des typos sous licences. Beaucoup de choix et des filtres faciles à utiliser.

DaFont : énormément, mais alors vraiment beaucoup de choix. Attention aux licences et attention à la qualité. Néanmoins parfait si vous cherchez une typo originale pour votre carte de voeux.

MyFonts : avec 130.000 fontes vous verrez souvent passer ce site quand vous cherchez une typographie. Nous le trouvons compliqué et trompeur.

Ici aussi, le conseil de professionnels vous oriente parmi ces diverses solutions possibles. Selon votre type d’activité, l’importance de votre entreprise et le profil de vos clients, les solutions diffèrent.

Typographie et tendances actuelles

Les créatifs sont, par essence, des « renifleurs » de l’air du temps. Tels des éponges, ils absorbent l’époque pour nous la restituer sous différentes formes. La typographie connaît elle aussi des tendances. En voici quelques-unes. Elles s’inspirent de la technologie, de certains effets de mode, mais aussi du contexte très particulier dans lequel nous vivons en cette année 2021.

La typographie en 3D

Apparue comme une tendance ces dernières années, la typographie en 3D créée un effet de réalisme par ses volumes solides. Couplée à la couleur, la 3D offre un style vitaminé, lumineux.

Le retour du vintage

Angoisses, peurs : la réassurance gagne le design graphique. Et quoi de plus rassurant qu’une typographie nostalgique : que ce soit en logo ou sous forme d’enseignes, le vintage fait son grand retour.

On peut évoquer le renouveau des caractères colorés et psychédéliques du disco.

Va-t-on vivre des années folles 2.0 avec une typo Art déco quand nous serons tous vaccinés ?

La bichromie

Vous l’aurez croisée sous forme de titres de brochures, catalogues, sur des affiches ou dépliants : la bichromie offre des contrastes tranchés et attire l’œil. Attention toutefois à l’accord des couleurs.

Les typographies dynamiques

Les typographies dynamiques vous donnent l’illusion du mouvement. Elles peuvent d’ailleurs être facilement animées. 

Le retour de la police avec sérif

Désir de stabilité, d’authenticité : avec l’incertitude de la période, on peut s’attendre au retour des polices avec sérif. (Et, si on y allie le besoin de douceur, des polices manuscrites et de leur effet de naturel.)

Toujours mouvante

L’auteur d’une critique des Furtifs d’Alain Damasio écrit : « En termes de typographie, la page devient elle-même vivante, mouvante : des signes surgissent, inhabituels, inadéquats en regard des conventions graphiques du français (…). » 

« C’est insensé », dit-il, « et pourtant chargé de sens. »

Voilà ce que le dialogue avec une agence de communication visuelle vous apporte : des propositions audacieuses, fluides et lisibles, qui ouvrent de nouvelles perspectives à votre identité. 

Absence d’alignement, polices surdimensionnées, semi-transparence, l’audace des graphistes a repoussé les limites des conventions ces dernières années et les recherches se poursuivent. Pour une page, une lecture, toujours mouvante, renouvelée et cependant mûrement construite.

Pour bénéficier d’une identité graphique et typographique originale et lisible, prenez rendez-vous ! À Bruxelles et à Verviers, Deligraph, agence web et studio graphique, vous accompagne dans la création du design graphique de vos différents supports, print et web.

Welcome @ Deligraph, your local graphic design provider.

Sources

À lire : Les Furtifs, Alain Damasio, Folio SF 674.

À voir : Sacrés caractères, une websérie réalisée par Thomas Sipp et Serge Elissalde, consacrée à Bodoni, Futura, Cooper Black et de nombreuses autres. Une coproduction Radio France/Films d’ici.

Tendances : https://99designs.fr/blog/tendances/tendances-typographiques/

Critique des Furtifs citée : https://actualitte.com/article/13801/chroniques/les-furtifs-alain-damasio-ou-l-avenir-a-la-lumiere-du-present